Formation secourisme

Deux pompiers de Saône et Loire sauvent une vie pendant leurs vacances

sauve-par-le-chef-des-pompiersLa semaine dernière,un habitant de St Loup de Varennes,  Fabrice Chevillard s’est retrouvé, avec son épouse, au milieu d’une famille parfaitement inconnue il y a encore quelques mois. Les yeux pleins d’émotions, un homme est venu lui serrer la main. Un certain Jean-Claude Guichard, l’homme que Fabrice Chevillard, pompier de son état, a sauvé des griffes de la mort le 28 avril.
Fabrice Chevillard est chef du CPI de St Loup de Varennes, Varennes Le Grand et son épouse Sandrine est infirmière au SDIS 71.
Félicitations pour avoir mis en oeuvre les pratiques apprises lors de formations au SDIS 71

Lire l’article complet sur le JSL :

http://www.lejsl.com/edition-de-chalon/2014/08/18/sauve-par-le-chef-des-pompiers

 

Jean-Claude Guichard a failli mourir le 28 avril dernier. Mais dans un supermarché d’Argelès-sur-mer, il a croisé le chef des pompiers de Saint-Loup-Varennes, en vacances. Fabrice Chevillard a sauvé une vie.

La semaine dernière, le Saint-Lupéen Fabrice Chevillard s’est retrouvé, avec son épouse, au milieu d’une famille parfaitement inconnue il y a encore quelques mois. Les yeux pleins d’émotions, un homme est venu lui serrer la main. Un certain Jean-Claude Guichard, l’homme que Fabrice Chevillard, pompier de son état, a sauvé des griffes de la mort le 28 avril.

Il s’effondre dans un supermarché

Ce jour-là, lendemain de son anniversaire, Fabrice est avec sa femme et ses enfants, en vacances dans les Pyrénées-Orientales, où ses parents possèdent un appartement. « On vient ici deux fois par an depuis 1982, raconte Fabrice. Le 28 avril, à midi, nous faisions nos courses dans un supermarché d’Argelès. Ma femme était en train de payer à la caisse quand j’ai vu un homme couché au sol. Il y avait trois ou quatre clients autour de lui. Ma conscience professionnelle a été plus forte, j’ai voulu aller voir s’il s’agissait d’un simple malaise, j’ai demandé si le monsieur respirait. »

« Les gens ne se rendaient pas compte que l’homme allait mourir. J’ai pris le pouls et j’ai vu que c’était quasiment la fin. » Fabrice demande alors à son fils d’aller chercher sa mère sur le parking : Sandrine ne s’était rendu compte de rien et rangeait déjà les achats dans la voiture. Elle râle presque « on est en vacances et il faut encore qu’il travaille ! » Arrivée près du gisant, Sandrine, qui est “accessoirement” infirmière, sera d’une aide précieuse. Fabrice demande à un vigile si l’espace dispose d’un défibrillateur. « Oui » – « alors foncez, il le faut tout de suite ! » En attendant le Samu et les pompiers, Sandrine et Fabrice agissent avec sang-froid. Après le premier choc donné par l’appareil, le pouls ne repart pas…Un défibrillateur miraculeux

Un bonus de vie

« C’était presque terminé, se souvient le sapeur-pompier. Par miracle, après le deuxième choc, le pouls est reparti. L’homme a été évacué par hélico. J’ai laissé mon numéro pour avoir des nouvelles. Quelques jours après, j’ai reçu un coup de fil de sa fille en pleurs qui me remerciait. » Patrick Guichard n’a, grâce à la prompte intervention du couple bourguignon, aucune séquelle, et peut, à 70 ans, continuer de profiter des bonheurs de l’existence, tout en portant une pile cardiaque. « Je crois en Dieu, dit Patrick Guichard au téléphone, ce n’était pas mon jour voilà tout. Le 28 avril, je me souviens avoir pris de l’essence puis m’être dirigé dans la galerie marchande. Après, plus rien. Huit jours plus tard, je me réveille dans une chambre d’hôpital. Maintenant, grâce à ce couple, j’ai un bonus de vie. »

Des retrouvailles émouvantes

La réception qu’il a donnée à Fabrice et Sandrine fut débordante d’émotion. On n’a pas tous les jours l’occasion de remercier ceux qui vous ont sauvé la vie.

Fabrice Chevillard, qui demeure humble et ne veut pas qu’on parle d’héroïsme, mais de devoir civique, souhaite rappeler que « les défibrillateurs sont indispensables. Il faut expliquer à certains élus qui pensent que ça coûte trop cher que ça sauve des vies. Il faut aussi dire aux lecteurs du JSL , à tout le monde, qu’il est capital de se former en secourisme avec les pompiers. »

 

Share via email

À propos de Anthony Dufour

Membre du Bureau et du Conseil d'Administration, Trésorier Adjoint, Membre de la Commission Comunication, Administrateur web
Ce contenu a été publié dans Formation secourisme.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>